Comme si les paroles existaient déjà plus où moins

mosaïque

C’est très compliqué, selon moi, d’expliquer comment tout ça fonctionne, mais les chansons d’Alice fonctionnent ! Le projet d’écriture de chansons est peut-être quelque chose d’instinctif mais sûrement pas intuitif. Que ce soit Le poème du crocodile, Là pour chat ! ou Autre chose que cette vie, l’écriture n’a jamais été la même à chaque fois.

Il y a une nuance entre un texte et des paroles. Me concernant, les premiers éléments que j’écris ne sont pas des paroles, mais du texte. C’est le résultat de la rencontre entre la musique et le texte qui donne les paroles.

Continuer la lecture

Un style de composition atypique !

ScreenHunter_001

Il y a bientôt 20 ans, je découvrais l’univers musical d’Elton John et ma fascination pour ses mélodies (notamment Your song). Ayant quelques bases de piano (en autodidacte), je décide de déchiffrer à l’oreille ses musiques et m’amuse à les jouer des dizaines de fois par jour pendant des années. Je connaissais bientôt la quasi totalité de son répertoire depuis les années 80.

L’étape suivante, courant de l’année 2001, a été de composer les musiques de ma première comédie musicale « Cléopâtre, la légende d’une reine » (produite à Strasbourg). Exercice doublement délicat : il s’agissait de mes premières compositions (je cherchais naturellement une « méthode » de composition) et je ne lis (et encore moins n’écris) la musique. Toutes les créations devaient ainsi rester ancrées dans ma tête ou enregistrées dans le séquenceur MIDI de mon synthétiseur KAWAI Z1000 de l’époque (que j’ai toujours gardé, par nostalgie, certainement;..). Bien entendu, faute de moyens et d’expérience, toutes les compositions précédant « Souviens-toi, Pan !  » (STP) et « Alice » se résument, en terme d’arrangements, à du piano et quelques nappes de violons. Continuer la lecture