Un style de composition atypique !

ScreenHunter_001

Il y a bientôt 20 ans, je découvrais l’univers musical d’Elton John et ma fascination pour ses mélodies (notamment Your song). Ayant quelques bases de piano (en autodidacte), je décide de déchiffrer à l’oreille ses musiques et m’amuse à les jouer des dizaines de fois par jour pendant des années. Je connaissais bientôt la quasi totalité de son répertoire depuis les années 80.

L’étape suivante, courant de l’année 2001, a été de composer les musiques de ma première comédie musicale « Cléopâtre, la légende d’une reine » (produite à Strasbourg). Exercice doublement délicat : il s’agissait de mes premières compositions (je cherchais naturellement une « méthode » de composition) et je ne lis (et encore moins n’écris) la musique. Toutes les créations devaient ainsi rester ancrées dans ma tête ou enregistrées dans le séquenceur MIDI de mon synthétiseur KAWAI Z1000 de l’époque (que j’ai toujours gardé, par nostalgie, certainement;..). Bien entendu, faute de moyens et d’expérience, toutes les compositions précédant « Souviens-toi, Pan !  » (STP) et « Alice » se résument, en terme d’arrangements, à du piano et quelques nappes de violons.

En 2009, je découvre la MAO (Musique Assistée par Ordinateur) : « Protools« , tous les plug-ins et banques de sons associées. Le grand tournant s’amorce ! En effet, je m’amuse à peaufiner mes compositions en y ajoutant la couche orchestrale que m’offre Protools ! Influencé par les sonorités d’Elton John (forcément…) et les musiques de blockbusters dont je suis friand (notamment celles de Hans Zimmer), je m’amuse à composer et arranger mes nouvelles mélodies en me demandant toujours « Est-ce que ce morceau plairait aux compositeurs dont je m’inspire ? ».

Plus encore, j’ai eu la chance d’être accompagné par un mixeur/arrangeur de talent, autodidacte lui aussi : notre osmose est en partie à l’origine du succès des mélodies de Compote de Prod. Dans mon coin, je compose, arrange et lui envoie chaque morceau. Dans son coin, il le prémixe, peaufine les arrangements et me soumet une version plus aboutie. Je rebondis, améliore encore l’arrangement et lui renvoie une dernière version : un véritable match de tennis ! Enfin, nous terminons par une séance commune de quelques heures (après une journée de boulot) pour finaliser le mix. STP et Alice sont nés de cette méthode de composition.

Je ne compte plus les soirées et weekend entiers passés à chercher la mélodie sans toutefois la trouver… et puis un soir, alors que mes doigts font dire au clavier des accords un peu par hasard, la voilà ! La mélodie que je cherchais ! Vite il faut l’enregistrer pour ne pas l’oublier Pour Alice, j’ai entrepris de composer des mélodies aux sonorités jazzy / broadway. Quel challenge ! D’autant plus que, d’une part, je n’ai jamais fait de jazz et, d’autre part, les cuivres sont les instruments les plus difficiles à rendre réalistes en MAO (pas de chance, c’est la sonorité dominante dans le jazz…). Je gardais en tête un cap : il fallait que les yeux brillent à Clavel ! Pari réussi ? A vous de voir (et entendre) en venant assister au spectacle « Alice » à Clavel

A bientôt.

Julien Goetz, Compositeur d’Alice

  • Polo

    Ravi d’avoir joué violon et alto sur tes créations !